L’actualité des acquisitions sur le marché européen

Philippe Giraudon portraitPhilippe Giraudon
Associé-Gérant PHG FINANCE, CIIA
Professeur à Sciences Po Paris
Intervenant EFE sur les formations « Évaluation financière d’une entreprise » des 13-14 octobre 2016, « Analyse et gestion financière par les flux » des 24-25 novembre 2016 et « Évaluer la rentabilité d’un projet d’investissement » des 8-9 décembre 2016 à Paris.


Rédaction Analyses Experts : Comment expliquer les nombreuses acquisitions d’entreprises européennes ?

Philippe Giraudon :
Leurs atouts en font des cibles attrayantes pour des acquéreurs étrangers (notamment industriels ou fonds souverains) : un positionnement de leader, une technologie, des brevets, un savoir-faire, un accès au marché européen, un vaste portefeuille clients, etc. Ceux-ci intéressent notamment des acquéreurs asiatiques ou moyen-orientaux. La fiscalité comparativement plus avantageuse attire également des acquéreurs américains souhaitant réduire leur imposition et utiliser leur trésorerie bloquée à l’étranger.

Rédaction Analyses Experts : À quels challenges majeurs doivent faire face les dirigeants d’entreprises ?

Philippe Giraudon : De nombreuses Directions Financières sont contraintes de réorganiser régulièrement la gestion de leur trésorerie du fait de délais de paiement particulièrement longs de leurs clients (supérieurs en moyenne au maximum légal) ou de difficultés financières d’un nombre croissant d’entre eux (en situation de redressement ou en liquidation). La sécurité des données, notamment face aux risques de cyber-fraudes, devient un domaine de plus en plus sensible. Enfin, les dirigeants doivent impérativement adapter leur stratégie et leur positionnement face aux nouveaux paradigmes imposés notamment par la digitalisation, le développement de nouveaux modèles économiques « disruptifs » (pour certains gratuits) et l’exploitation massive des données clients.

Rédaction Analyses Experts : Quels facteurs soutiennent les niveaux élevés de valorisation des entreprises ?

Philippe Giraudon : 
Le niveau élevé des marchés boursiers est très significativement soutenu par des taux d’intérêts maintenus à des niveaux extraordinairement bas par les banques centrales notamment européenne, japonaise, américaine et suisse, et par la recherche active de rendements par les investisseurs. De même, les acquisitions de sociétés sont réalisées avec des multiples de valorisation dépassant les niveaux antérieurs à la dernière crise du fait de la rareté d’actifs de bonne qualité face à un grand nombre d’acquéreurs, notamment financiers, qui cherchent à investir leurs liquidités massives à tout prix. Les prix de référence très élevés des start-ups technologiques s’expliquent notamment par des pactes d’actionnaires engageant les fondateurs historiques à assurer un rendement significatif aux investisseurs.

Laisser un commentaire