L’importance du contrôle de gestion de projet

Denis MOLHO
Consultant spécialisé en contrôle de gestion
DME Performance
Animateur de la formation EFE « Contrôle de gestion de projet » des 06 et 07 juillet 2017.

  • Pourquoi le Contrôle de gestion de projet revêt-il une importance particulière, aujourd’hui ?

Le monde économique d’aujourd’hui repose sur des modèles de gestion flexibles, avec l’exploitation de données volumiques (big data) qui entraînent des remises en cause permanentes de l’offre, le raccourcissement du cycle de vie des produits et l’adaptation spécifique des produits et services à des besoins de plus en plus différenciés par client. Cela se traduit, au niveau des entreprises par une organisation, de plus en plus en plus fréquente, en mode affaires ou en mode projet, centrée sur des besoins, constamment renouvelés, de clients spécifiques.

Au plan du contrôle de gestion, cela se traduit par des besoins de pilotage, à la fois très réactifs et positionnés sur des horizons de temps longs, avec des intervenants multiples, bureaux d’études, financeurs, maître d’ouvrage, sous-traitants. Les systèmes d’information sont également impactés avec la nécessité de mesures de l’avancement et de reprévisions fréquentes.

À cet égard, il convient de choisir, avec discernement, les ERP adaptés, notamment en termes de gestion détaillée de données de base (WBS) ainsi qu’en termes de gestion de versions multiples de devis et budgets associés aux projets. L’élaboration de devis reposant sur un découpage très fin de tâches (WBS), l’organisation du pilotage requiert des réunions très fréquentes associant maîtres d’œuvre et contrôleurs de gestion pour faire des bilans précis par étape, des risques, dérives et impacts sur les résultats économiques à terminaison.

Les méthodes comptables doivent être, également, adaptées à la mesure de l’avancement et à la constatation des résultats au fil de l’eau, ainsi que le préconisent les normes IFRS. Enfin, un aspect très important du travail du contrôleur de gestion a trait à l’évaluation de la rentabilité prévisionnelle des projets d’investissement, au sens large, qu’il s’agisse d’investissements physiques ou de R&D. Il existe, certes, des techniques (ROI, Payback period, Van…) qui reposent sur des prévisions très incertaines de cash flows. Mais, au-delà des cash flows, le maître mot est la cohérence stratégique de l’investissement.

Pour conclure, je dirai que le pilotage d’un investissement est une aventure humaine qui suppose une pleine coopération entre un maître d’ouvrage (le client), et un maître d’œuvre (le chef de projet).

Laisser un commentaire