Assistant comptable : l’évolution technologique conduit vers plus d’analyse

financière

Face à l’automatisation de certaines tâches liées aux évolutions technologiques et à l’accroissement des contraintes réglementaires, le métier d’assistant comptable est en train de connaître quelques bouleversements. Les professionnels doivent désormais montrer une plus forte expertise, tant sur le plan informatique qu’en analyse.

La profession d’assistant comptable longtemps perçue comme isolée et rébarbative, voit son image évoluer favorablement. Au cours des années 2000 – 2010, la constitution de centres comptables partagés a entrainé des concentrations d’équipes comptables, ce qui n’a pas contribué a redoré positivement le quotidien de ces professionnels. Récemment, de nouveaux enjeux sont venus complètement bouleverser le métier des assistants comptables et commencent à faire évoluer leur quotidien.

Vers plus d’analyse : l’essor de l’automatisation des tâches ne devrait pas réduire les effectifs d’assistants comptables dans l’entreprise, en revanche, il va élargir leur rôle dans les entreprises.

En effet, les nouveaux outils qui se développent, remplacent des fonctions qui étaient exercées régulièrement par les assistants comptables, telles que l’exécution des rapprochements bancaires, la saisie des factures de charges ou encore le rapprochement entre bons de commande et factures. De ce fait, l’assistant comptable va être amené à travailler sur d’autres sujets à plus forte valeur ajoutée qu’il ne traitait pas jusqu’à présent.

Suite à ces changements, l’assistant comptable s’attelle à vérifier les informations produites par ces nouveaux outils informatiques, qui seront en capacité de traiter automatiquement plus de la moitié des tâches répétitives qui constituaient le travail de l’assistant comptable auparavant. Il va ainsi se concentrer sur les cas complexes qui n’ont pas pu être effectués par la machine et vérifier qu’il n’y ait pas d’erreurs générées par l’outil. Ses connaissances de la comptabilité lui permettront de s’assurer que l’outil produit des états conformes et répondant aux règles comptables.

En parallèle, il sera également sollicité pour participer à la gestion des projets de mise en place de ces dispositifs technologiques, il est au cœur de nombreux projets informatiques en lien avec la comptabilité comme la dématérialisation, la cybercriminalité…

Ce professionnel du chiffre est désormais en charge de missions plus analytiques, conjointement avec d’autres services de l’entreprise. Au lieu d’être un opérateur de saisie, l’assistant comptable travaille maintenant avec les opérationnels pour analyser les chiffres financiers de l’entreprise. En fait, il a dorénavant des missions qui étaient auparavant réservées aux comptables confirmés.

Vers des compétences plus spécifiques : De ce fait, le niveau de compétences exigé dans cette profession s’accroît. Dans un premier temps, la maîtrise de plusieurs logiciels comptables est désormais obligatoire pour répondre à cette digitalisation. Par ailleurs, l’évolution de la réglementation et des normes requiert des assistants comptables un degré de compétences plus élevé. Ils doivent être au fait des évolutions régulières et maîtriser leur mise en place pratique, afin d’assurer la fiabilité des états financiers de leur entreprise.

Devenir assistant comptable aujourd’hui, ne doit donc plus être considéré comme un métier de second rôle ou comme un poste de moindre intérêt. Il est aujourd’hui demandé à l’assistant comptable un professionnalisme et des compétences d’un certain niveau, et pas seulement d’être un opérateur de saisie. Comptabilité, gestion, bureautique, l’assistant comptable doit être à la fois performant et polyvalent afin de satisfaire à la rigueur du métier.

Maryline FERREZ
Consultante spécialisée en comptabilité
Intervenante EFE sur la formation « Assistant(e) des services comptables » des 12 au 14 juin 2019 à Paris

Laisser un commentaire